mariefdesbos/ janvier 11, 2019/ Blabla/ 0 comments

Un titre assez révélateur, puisque je vais vous causé de moi. Avec un peu de retard. Mais comme j’ai pas écris cette article à l’avance, tant pis pour moi.

Deja, je vous présente un changement puisque vous n’êtes plus sur lesinseparablescouture.WordPress.com mais sur lesinseparablescouture.com. J’ai investis dans ce blog (ce qui j’espère me motivera a l’écrire) et dans une future parti boutique (enfin, quand j’aurais trouvé comment ça se paramètre).

Donc, maintenant, autant que j’ai une fasse megalo qui me fasse parler de moi !

Je ne dirais déjà pas que la couture est inné chez moi, puisque mes parents ne sont pas des manuels créatifs. Et niveau couture, c’était ma mamie Michou (et je crois que c’est toujours elle) qui fait les ourlets. Quand j’étais plus jeune, je l’ai vue tricoté des pulls et des écharpes. Du coup, j’ai commencé part le tricot. Mais ça avance pas assez vite pour moi, et après deux écharpes, je lâche l’affaire. Puis je ne me souviens plus comment, j’ai trouver la boîte à couture de ma mère, qui n’avais jamais du être utilisé et je la prends en cachette pour coudre des robes en mouchoir jetable a mes poupée.

Plusieurs années passe et je découvre internet. Et mine de rien… Je suis pas tomber dans la couture. Pas du tout. J’allais sur les blog de manga car j’etais et je suis toujours très fan de manga. Et sur internet, j’ai d’abord découvert le monde des fanfictions. J’en ai écris. Y’a longtemps. Maicollège (tous supprimé depuis. Puis je suis tombé sur le cosplay. Et là, là j’ai eu envie de coudre. De coudre des costumes même, être une petite main de théâtre, musé et artiste. J’ai eu envie de ça pendant longtemps, même.

Au collège, ma troisième fut assez rocambolesque. Plusieurs profs qui nous suivaient depuis la sixième sont parti en retraite. Dont ma prof de français et d’Allemands. Elles ont été remplacer part des profs bien différentes dont les cours étaient plus fade. Sachant que je n’aurais pas le brevet (les cours de collège sont bien trop inadapté à la diversité des élèves et les façons d’enseigner aussi) je décidais de ne plus m’investir. De toute manière, je ne pouvais pas puisque de un : je subissait un harcèlement scolaire constant. De deux : la déclaration de mes premières crises de trouble de la personnalité. Je ne rentrais pas en détail, mais ce fut dur. Et le lycée encore plus. Mais j’avais commencé a coudre en utilisant des vêtement abîmé. Je fis même un sac en jeans pendant mes cours.

Vient la période du lycée. Je n’arrive déjà plus a faire confiance au gens de mon âge, bien que je ne sois plus entouré de gens de mon collège (ce qui était bien sûre exprès). Je suis aller en cap couture flou… Et franchement, je me suis ennuyé.e au début. Apprendre a faire des points a la main que je savais déjà faire et enfiler une machine à coudre. Passer l’étape de coudre sur du papier pour apprendre a faire des point droit, des angles et des courbes, on attaquait les projets en tissus, les fiches techniques (chose que je ne sais plus faire), les noms des différentes coutures, points a la main et pleiiin d’autres choses.

Socialement, c’était pas rose mais je n’en parlerais pas.

Sur internet, je commence a découvrir les blogs coutures, les forums (les fées tisseuses) et je me tourne de plus en plus vers le costume historique. Je découvre aussi les marques de patron (j’ai commencé avec burda et fait-main). La première qui le tape à l’oeil est DeerAndDoe. Je me rappellerai toujours de la fierté de me promené en Datura ou en Réglisse alors que mes comparses en était incapables (oui, je crâne mais j’étais dans le top trois de la classe en atelier).

Ma première machine à coudre, Jeanne, une Janome est entré dans ma vie en décembre 2011, c’est mamie Michou qui me l’a offert (enfin, je l’ai eu avant decembre, mais officiellement, c’est mon cadeau de Noël). J’ai Zéphyr, ma surjeteuse, l’année d’après, il me semble.

Malheureusement, 2012 est la pire année que j’ai vécu. A cause d’une absence de soin d’une dépression déjà bien ancré, burn out à raison de moi et j’arrête les cours (chose que je regrette un peu : j’ai jamais récupéré mes affaires). Pendant six mois, je reste enfermé dans ma chambre, vivant principalement la nuit, évitant le plus possible les interactions sociales. Internet m’a sauver. Mine de rien, regarder des blogs créatifs, lire des fanfictions (beaucoup), les sites de tissus et les réseau sociaux m’ont permis de survivre.

Dix-huit ans et quelques jours, je suis rentré en clinique de repos ou j’ai eu les soins qui m’étais nécessaire. (Début août 2013)

J’en sors en novembre pour aller vivre chez papi et mamie chouchou, mes autres grands-parents. Je rentre en apprentissage de broderie mécanique industriel. Ca se passe mal. Je n’arrive pas a m’intégrer, je n’aime pas les périodes de cours. Je bosse trop. Je me nourris mal.

En mai 2014, j’ouvre mon auto-entreprise de couture. Celle-ci se développera réellement a partir d’avril 2017, après être arrivé à Coucouron, accoucher de ma fille, avoir un traitement stable et un soutien psychologique. Je commence vraiment à retomber sur mes pattes.

Voilà, vous savez pleiiin de chose sur moi. Pour le prochaine article, promis, je parle de Inséparables Couture.

Belle journée a vous.

Share this Post

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.